archives

Chronologie de la guerre 14-18 dans le Tarn

Vous êtes ici : Grande Guerre 14-18 / Ressources / Chronologie de la guerre 14-18 dans le Tarn

1914

28  juin : fin du Congrès Eucharistique qui a rassemblé à Castres plusieurs milliers de personnes. Dans la soirée, un jeune "camelot du roi" gifle le sous-préfet de Castres place Soult pour le punir d'avoir fait interdire la procession prévue pour clôturer le congrès. Au même moment, l'archiduc François-Joseph est assassiné à Sarajevo. Quand la nouvelle en  arrive dans le Tarn, personne ne songe que cet événement va précipiter le monde dans la guerre.

1er août : annonce de l'assassinat de Jaurès; la municipalité d'Albi donne son nom à la place du Manège.
L'ordre de mobilisation arrive à Castres, à 16 h 30. Les deux régiments qui tiennent garnison dans la ville : le 9e Régiment d'Artillerie de Campagne et le 19e Régiment de Dragons sont déjà consignés. Ils ne sont pas endivisionnés dans la 32e Division d'Infanterie qui avec la 31e D.I. constituent le 16e Corps d'Armée.

2 août : Début de la mobilisation des réservistes. Elle durera 10 jours.

3 août : Albi est une des rares villes de France où se déroule une manifestation patriotique, indépendamment de celles, nombreuses, marquant le départ des soldats. Mais "l'espionnite"  et les faux bruits commencent à sévir. A Castres, un Allemand en séjour chez son beau-frère doit être protégé par la police.

3 août : premier départ vers le Front de l'Est. Le 15ème R I d' Albi est dirigé par train vers Castres, et de là vers Castelnaudary puis la Lorraine suivi le même jour par le 19e Régiment de dragon de Castres. Les 31 officiers, 681 hommes, 707 cheveaux du 19e dragon arrivent dans la nuit du 5 au 6 à Dongermain au sud-ouest de Toul.

4 août : La baraque, appartenant à un Allemand, d'un vendeur de confiserie  est brûlée à Albi.

6 août : la dépouille de Jaurès, arrivée par la gare, est conduite au dépositoire du cimetière des Planques à Albi. Un "cortège interminable" l'accompagne, dirigé par le préfet et trois généraux. « La population et des milliers de mobilisés formaient la haie, le recueillement de cette immense foule était impressionnant ».

8 août : départ du 9e Régiment d'artillerie de campagne de Castres (4 groupes de trois batteries de 4 pièces soit 48 canons). Il débarque à Mirecourt le 9.

9 août : la « manifestation pacifiste et d’hommage à Jean Jaurès » prévue par la Bourse du Travail d’Albi n’aura pas lieu. Les organisateurs conviennent devant le préfet que le contexte a changé depuis le moment (juillet) où une manifestation contre la guerre avait été prévue.

15 août : pour éviter tout incident, le commissaire de police de Castres conseille de congédier une jeune institutrice allemande en poste dans une famille de l'avenue de Lavaur.

19 août : Les unités tarnaises, le 15e RI et son régiment de réserve, le 215e RI, le 19e D et le 9e RAC, engagés lors de la bataille des frontières, dans l'offensive qui a notamment conduit à entrer dans Mulhouse en Alsace annexée, vont subir de terribles pertes en particulier pour le 19e D. et le 215e  RI.

21 août : Les faux bruits persistent. Un cafetier de Lunel écrit au maire de Castres pour lui demander de prévenir la population que « des Allemands [circulant en automobiles] donnent des friandises empoisonnées aux enfants ».

22 août 1914 : lettre pastorale de Mgr Mignot : "le premier choc est resté indécis. Je n'irai pas jusqu'à dire que nous avons perdu courage. Non! Nous savons que la victoire nous restera et nous l'attendons avec confiance" mais "nous voyons maintenant qu'il faut attendre".

25 août : La 32e DI protège la retraite française du champ de bataille de Lorraine. A Rozelieures le 15e RI perd en un jour en tués et en blessés 644 hommes. Le 19e D., quant à lui, qui participe avec les autres unités de la 32e DI à la bataille du Grand-Couronné est éprouvé à Franconville.
 
30 août : Venant de Montpellier un convoi de 333 prisonniers allemands est annoncé à Castres. Les Alsaciens seront séparés des autres, et acclamés par la population castraise.

22 septembre : déjà 1200 blessés soignés dans les hôpitaux temporaires à Castres

septembre : ouverture du dépôt de prisonniers allemands (au nombre de 1200) à Castres

30 décembre : approbation préfectorale du contrat d’emploi de prisonniers sur la ligne Carmaux-Vindrac

1915

janvier : polémique autour du dépôt de prisonniers allemands de Castres : certains secteurs de l'opinion s'indignent qu'on ait laissé les prisonniers célébrer Noël.

2 mars : départ des religieuses austro-allemandes de Dourgne pour l’Espagne

27 juillet : le préfet écrit au ministre de l'intérieur : « dans ce département, les mineurs de Carmaux et l’archiprêtre de Ste Cécile expriment chacun dans leur style des sentiments pleinement conformes au devoir présent »

1er août : hommage à Jean Jaurès à Albi

15 septembre : confiscation par les Douanes à Marseille de peaux mazamétaines livrées sans autorisation à l’exportation

17 septembre : protestation du conseil municipal de Castres contre la transformation du collège en local sanitaire pour l’armée

2ème semestre : les filatures castraises sont presque exclusivement occupées à produire du drap "bleu horizon"

1916

février :
- visite au Saut du Tarn d'Albert Thomas, ministre socialiste de l'Armement. Il rencontre des syndicalistes, qu'il exhorte au travail
- des réfugiés serbes arrivent à Gaillac
 - un "officier de liaison" est détaché par le commandant de la 16ème région militaire de Montpellier auprès du préfet du Tarn pour traiter avec lui les questions concernant "l'ordre public".

juin : des ouvriers du Saut du Tarn, leaders syndicaux, sont mutés à Toulouse

29 juillet : Merrheim, secrétaire de la fédération CGT des métaux, tient à Saint Juéry une conférence sur les idées de Jaurès en matière de politique étrangère

30 juillet : le groupe socialiste de Carmaux ne se joint pas à la manifestation organisée par la bourse du travail d’Albi pour commémorer la mort de Jaurès. La bourse est soupçonnée d’ « arrière-pensées » (pacifistes ?). Les socialistes carmausins se sont contentés d’un dépôt de gerbe le 26 juillet. Le 30 juillet, 400 personnes se rendent au cimetière des Planques

août : des ouvrières de Graulhet s'opposent au départ d'un train de peaux tannées qui devaient être confectionnées ailleurs

5 novembre : obsèques du colonel Teyssier, héros de la guerre de 1870-71, à Albi; foule immense.

1917

grève à Labastide-Rouairoux

3 novembre  : venue à Albi du député socialiste Brizon, pacifiste. Réunion au café Denis place du Vigan. Le commissaire dissout la réunion

1918

mars : incendie accidentel de l'Arçonnerie française de St Sulpice

de mai 1918 à avril 1919 : épidémie de "grippe espagnole" : apogée en octobre (417 morts à Albi, 108 à Castres)

18 juillet : explosion de la poudrerie de Castres; 4 morts, 21 blessés

12 novembre : annonce de l'armistice; énormes manifestations de soulagement dans les villes

13 novembre : le conseil municipal de Graulhet décide à l'unanimité d'"édifier au cimetière de la ville un monument commémoratif où serait inscrit en lettres d'or le nom de ceux qui sont tombés glorieusement"

Mise à jour le 9 septembre 2014